Trois pipes ou peu s’en faut

Dernièrement, un voyageur séquanais égaré en Syrie demanda à un paysan quelle distance le séparait encore de la ville la plus rapprochée. “ Vous n’en êtes plus, lui répondit le Syrien, qu’à la distance de trois pipes de tabac. ” Cette singulière manière de calculer le temps est généralement en usage parmi les habitants des campagnes, qui, trop pauvres pour acheter des montres, évaluent les distances d’après le nombre des pipes de tabac qu’ils fument en se rendant d’un endroit à un autre. En moyenne, une pipe de tabac équivaut à deux kilomètres, ou peu s’en faut.

pipes

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles étrangères, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s