Le nombre sept

Il vient de mourir un homme dont le nom mériterait de passer à la postérité, si l’histoire enregistrait les ridicules manies des simples mortels. Cet homme, au moins singulier, avait réglé les moindres comme les plus importantes actions de sa vie sur le nombre sept. Tout ce qu’il est d’usage de compter par douzaines, les chemises, les bas, les serviettes, il les comptait par septaine ; il possédait sept chiens, sept chevaux et sept voitures.

Sept domestiques faisaient le service et préparaient les sept repas, composés de sept mets ; il demeurait sept mois à la campagne et autant à la ville.

Ses sept domaines ruraux lui donnaient des rentes comptées sur sept, septante, sept cents, sept mille. Il payait sept sous au lieu de cinq dans les omnibus. Il réglait ses comptes le septième jour du septième mois. Toutes ses aumônes étaient calculées de manière à ce que le chiffre sept y fût compris.

Sept convives venaient prendre part aux sept festins annuels. Sa bibliothèque ne renfermait que des ouvrages publiés en sept volumes. Il faisait dire sept messes et transformait les neuvaines traditionnelles en septaines.

Il avait réussi à orner sa boutonnière de sept décorations : celles du sultan, du bey de Tunis, de la reine Pomaré, de la reine de Madagascar, de l’ex-empereur Soulouque, du duc de Gerolstein et du roi d’Araucanie.

Pour obtenir ces sept faveurs (qui font commettre tant de sottises), il avait écrit sept éloges réclames des sept emprunts tunisien, araucanien, etc.

Il ne s’était point marié par crainte d’avoir plus ou moins de sept enfants, et par désespoir de ne pouvoir posséder sept femmes. Rien n’égalait la douleur de ce maniaque quand il ne pouvait faire entrer le chiffre sept dans ses combinaisons, dans ses habitudes et dans ses plaisirs.

L’inexorable mort elle-même s’est prêtée à cette bizarrerie, en lui donnant fin le septième jour du septième mois de sa septantième année. La date et les clauses du testament, le nombre des héritiers, les œuvres pies, les legs particuliers, portent les témoignages du culte voué par ce bonhomme au nombre sept.

sept sue

Publicités
Cet article, publié dans Anecdotes en tous genres, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s