L’épitaphe de l’horloger

Le Globe cite l’épitaphe suivante d’un horloger dans le cimetière de Dydford près Dartmoor : “ Ci-gît dans la position horizontale le corps de Georges Roukeigh, horloger, dont le talent honora la profession. L’intégrité fut le ressort principal de sa vie, et la prudence servit de régulateur à ses actions. Tous ses mouvements étaient si bien réglés que jamais il ne désobligea que les gens non initiés à la clef de sa conduite. Il savait si bien disposer son temps que ses heures glissèrent sur un cadran perpétuel de plaisir et d’agrément, jusqu’à ce qu’une minute fatale mit un terme à son existence. Il est mort âgé de 57 ans, ayant l’espérance d’être le bien-venu auprès du Créateur, et de se retrouver parfaitement réparé et mis à neuf pour l’éternité. ”

montre sans aiguilles

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles étrangères, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s