Cheval mécanique

Les progrès de l’industrie américaine ne connaissent pas de bornes. M Jey T. Aspic, de Cincinnati, vient d’inventer un cheval mécanique qui est une merveille, et qui est destiné à détrôner les coursiers vulgaires en chair, en poils et en os. Ce cheval est de grandeur naturelle et mû par différents ressorts qui lui font prendre à volonté le pas, le trot, l’amble ou le galop. Il suffit que le cavalier pousse une cheville à cet effet. Le cheval fait des courbettes, remue les yeux, dresse les oreilles et hennit. Un ressort particulier lui permet de nager et de fendre l’onde douce ou amère. L’invention de M. Aspic n’est pas encore à la portée de toutes les bourses, puisque son cheval modèle ne lui a pas coûté moins de 9,700 dollars à établir, sans compter le prix de son travail et de ses veilles, mais il espère avec le temps réduire ce prix de moitié. Cette invention éminemment utilitaire doit figurer à l’Exposition universelle de Sequana. Le grand avantage du cheval de M. Aspic consiste dans ce qu’il ne nécessite ni foin, ni avoine, ni litière, ni palefrenier : c’est une acquisition, une fois faite, qui peut se transmettre dans les familles de génération en génération.

Muybridge-cheval

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles étrangères, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s