Clubs d’Albion

Il existe à New-London, dit le journal prussien l’Ausland, un club des voyageurs (Travellers club). Nul ne peut en faire partie, d’après les statuts, s’il n’a fait un voyage d’au moins 1,000 milles (1,333 kilomètres). Or, avec les steamers et les chemins de fer de notre époque, c’est là une condition qu’il n’est pas difficile de remplir. Pour diminuer le nombre des récipiendaires, on exige que les 1,000 milles aient été parcourus en ligne directe, retour non compris. Le célèbre Kean fonda, en 1817, le club des intempérants, composé de quinze membres seulement. Pour y être admis, il fallait avaler d’un trait un litre d’eau-de-vie. Beaucoup de récipiendaires mouraient avant d’avoir complètement subi l’épreuve. Londres a aussi renfermé un club des bossus, un club des pendus (ressuscités), etc.

tour du monde

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles étrangères, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s