Le cœur d’un saltimbanque

Une jeune ouvrière sortait joyeuse d’un des spectacles en plein vent établis à la foire au pain d’épices, faubourg Saint-Antoine. Tout à coup, on la voit s’affaisser et tomber évanouie. La foule s’empresse autour d’elle ; survient le docteur L…, qui pratique une abondante saignée, et la jeune fille échappant, grâce à la présence immédiate du docteur, aux suites presque toujours mortelles d’une congestion cérébrale, reprend l’usage de ses sens.

Pâle, faible, elle pouvait à peine marcher, et il lui fallait faire une longue course pour regagner son domicile.

– Ecoutez ! Ecoutez ! s’écria en s’adressant à la foule l’homme qui, sur le tréteau d’un saltimbanque, remplissait l’office de queue-rouge, de pitre… Je vais recommencer à vous conter des bêtises… Mais je suis triste… Cette pauvre fille ne peut partir à pied… Allons ! Pour une voiture…

Et il tendit son chapeau dans lequel tomba l’offrande populaire. Un fiacre reconduisit la jeune fille chez elle.

Le queue-rouge et l’ouvrière se revirent. Il était humain. Elle était succube. On le retrouva, vidé de son sang, dans sa roulotte.

Méfiez-vous des feys déguisées en ouvrières ! Telle pourrait être la douloureuse leçon de ce faits-Sequana.

Signé : Eudes de Xénos

baraque de saltimbanques

Publicités
Cet article, publié dans Quartier 31, Sequana ancien, Sequana moderne, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s