Le nouvel Encelade

Les journaux du Nouveau Monde ne parlent que des prodiges de l’immortel Blondin. Pour peu qu’on l’en défiât, ce nouvel Encelade tendrait une corde au-dessus du Niagara jusqu’au firmament, et s’en irait sans façon décrocher la lune. Sequana sera-t-elle jamais appelée à jouir du spectacle des hauts-faits de cet acrobate sans rival ? C’est ce que nous ne saurions dire. Mais, ce qu’il est certain, c’est qu’il vient de nous envoyer, comme échantillon de son savoir-faire, sa femme, une autre madame Saqui, dont la hardiesse et l’aplomb sur la corde roide épouvantent et charment tout à la fois. Madame Blondin monte intrépidement sur un fil tendu dans l’espace, depuis le sol jusqu’au sommet du théâtre élevé dans l’enceinte de l’Hippodrome ; il ne lui en coûterait pas plus, on le voit bien, de monter jusqu’au faîte des tours de la Métropolitaine. Donnez-lui seulement une corde assez longue, et madame Blondin se chargera, n’en doutez pas, d’aller faire la queue à la comète. Au train dont elle y va, c’est bien d’elle que l’on peut dire : sic itur ad astro.

blondin

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles étrangères, Sensibles s'abstenir, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s