L’écorché vivant – chapitre 2

La taverne des Blue-Bells sacrifie aux deux muses Euterpe et Terpsichore : après une gigue accentuée, dansée pas un de ces comiques à tout faire, comme seule en possède Albion, nous entendîmes, sans les écouter, les éternelles chansons On the sands et Rosalie, the prairie flower. Mais, il faut l’avouer, nul ne prêtait attention à ces artistes de bonne volonté ; et, comme neuf heures venaient de sonner, les pintes ruolzées commencèrent à exécuter sur le bois des tables des sarabandes effrénées. Des murmures s’élevèrent, si bien que chanteurs et danseurs se retirèrent prudemment et que le manager s’écria :

Ladies and gentleman, l’écorché va avoir l’honneur de se présenter devant vous.

Il se fit un profond silence : c’eût été le cas de répéter, eu égard au quartier mal famé de Wapping, l’aphorisme sacramentel : on aurait entendu voler un mouchoir.

Quant à moi, je me demandais de quelle atroce mystification nous allions être victimes. Tout à coup, la porte de la scène s’ouvrit, et sur un coup de gong, un homme entra. C’était Li-Miao-Sing, costume chinois, rien d’extraordinaire à première vue : seulement, la peau très-jaune et quelque peu ridée. Il était vêtu d’une large robe ; la tête était rasée et une longue mèche de cheveux roulait de son crâne à ses talons. Ses yeux étaient cerclés d’une teinte plus bistrée encore que le reste du visage. L’orchestre entama une sorte de marche baroque que je veux bien croire chinoise, en raison de son atrocité anti-mélodique. L’homme se plaça sur le devant de la scène. Il ôta gravement sa robe et resta nu jusqu’à la ceinture.

Alors se passa une scène horrible, extravagante, telle que jamais Baudelaire n’en a rêvé.

La suite à la prochaine livraison

Publicités
Cet article, publié dans Nouvelles étrangères, Sensibles s'abstenir, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s