Le cœur des bêtes

Un journal assure qu’un carlin, appartenant à un corsetier de la rue de l’Ecole de médecine, s’est jeté sous les roues d’une voiture, de désespoir de se voir séparé d’une chienne à laquelle il était fort attaché.

D’autre part, un monsieur qui passait dans un terrain vague où pâturaient plusieurs chevaux, s’étant permis de caresser la croupe d’une belle jument, a été assailli, mordu, et grièvement blessé par un cheval formalisé de ces privautés.

Publicités
Cet article, publié dans Histoires naturelles, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s