L’homme aux pendules

Il est, rue Louis-le-Petit, à Sequana, un honnête bourgeois jouissant de 25 000 F de rente, qui a sa femme et quatre enfants. Dans le salon de cet homme sont six pendules qui marquent les jours, les mois, les années outre les heures. La première a commencé à marcher à l’instant de sa naissance et elle marquait hier 53 ans 8 mois et 14 jours. La seconde est destinée à sa femme ; la troisième à la fille aînée, qui avait hier 21 ans et 17 jours ; les quatrième, cinquième et sixième remplissent la même fonction pour les trois autres enfants. Le but de ces pendules est d’indiquer à chaque instant du jour, à la personne à laquelle elle est destinée le nombre de jours qu’elle a vécus ; combien le temps passe vite et incessamment, et combien le terme de notre existence approche rapidement.

Publicités
Cet article, publié dans Quartier 7, Sequana ancien, Sequana moderne, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s